Accueil du site
Belvédère Olivier Messiaen - Saint-Théoffrey
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Belvédère Olivier Messiaen - Saint-Théoffrey

Olivier Messiaen au cœur du paysage matheysin

English version

« Quoique né en Avignon, j'ai passé toute mon enfance à Grenoble près des montagnes du Dauphiné et le Dauphiné est ma véritable patrie » - Olivier Messiaen, 1964

La propriété d'Olivier Messiaen à Petichet (Saint-Théoffrey) vue depuis le lac de Laffrey © Musée matheysin

 

Olivier Messiaen (1908-1992), compositeur, pédagogue et passionné d'oiseaux, est l'un des artistes du XXe siècle les plus célébrés à travers le monde. Après avoir passé une partie de son enfance à Grenoble, Olivier Messiaen revient dans la région en 1936 et construit à Petichet, face au lac de Laffrey, une résidence estivale au confort sommaire. Tous les étés jusqu'en 1991, il y réside souvent accompagné d'Yvonne Loriod, son épouse et meilleure interprète. 



Dès le petit matin, il arpente les chemins, note les chants des oiseaux puis compose.
Très discret, l'artiste à l'étonnante simplicité laisse le souvenir d'un homme modeste vivant « dans son monde ». Les habitants ont toutefois pu le croiser à l'église de Saint-Théoffrey qu'il a contribué à restaurer et où il jouait régulièrement de l'harmonium.
Il repose aujourd'hui au cimetière de Saint-Théoffrey où sa stèle, un grand oiseau stylisé en marbre blanc de Carrare, porte gravé en caractères d'or un extrait de son œuvre Harawi.

Olivier Messiaen dans sa maison de Petichet, 1977 © archives Olivier Messiaen

Une tombe atypique

 

Tombe d'Olivier Messiaen © PAC

 

 

En contrebas de l'actuelle église, le cimetière de Saint-Théoffrey, bien clos, jouit d'une vue exceptionnelle.
Les grandes stèles à montants saillants y sont nombreuses alors qu'elles ont d'habitude un caractère plutôt urbain. Partout on retrouve des décors de fleurs, en roses art déco ou en bouquets traditionnels à base de pensées, voire avec des tournesols.

Plusieurs motifs de marbre blanc s'y remarquent, mais les plus original est incontestablement celui qui marque la sépulture d'Olivier Messiaen.

Le socle en parti arrondi fait écho à la silhouette du très grand oiseau stylisé qu'il supporte. Placé de profil, le bec ouvert et l'oeil doré, ses ailes dessinent des courbes aux allures de flammes.

 

Les surfaces avant (et arrière) étant plates, le corps du volatile est gravé de trois portées dorées avec notes et paroles, reproduisant le manuscrit d'une composition du musicien de 1945 (Harawi). L'épitaphe du compositeur est inscrite dans une autre courbe évoquant les pattes de l'oiseau

La stèle est signée du marbrier Luyat de La Mure, auteur de nombreuses réalisations dans le secteur.

Tombe d'Olivier Messiaen, détail
© PAC© PAC

 

Partager cette page  

 

« J'ai vu ici des paysages de montagnes absolument sublimes. Le Dauphiné est vraiment ce qu'il y a de plus grand en France » Olivier Messiaen, 1935, lettre écrite à sa première femme Claire Delbos

 

En savoir plus

Claude Samuel, Nigel Simeone, Roger Muraro, Jean-Claude Roché et Bernard Fort, Olivier Messiaen - Musicien en Dauphiné, ed. Département de l'Isère, 2009, réédition 2016, coll. Patrimoine en Isère

 

Maison Messiaen, résidence d'artistes

contact@aida38.fr