Accueil du site
Olivier Messiaen, un compositeur de génie
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Olivier Messiaen, un compositeur de génie

Olivier Messiaen, un compositeur de génie

English version

 

Olivier Messiaen dans sa maison de Petichet au début des années 1980, photo DR, coll. Musée matheysinOlivier Messiaen dans sa maison de Petichet au début des années 1980, photo DR, coll. Musée matheysin

Son catalogue, riche de plus de 70 œuvres dont Quatuor pour la fin du temps, Catalogue d'oiseaux et Turangalîla-Symphonie, révèle une musique originale et novatrice marquée par un langage et une esthétique singulière. Messiaen voit dans les sons, des couleurs et dans les chants d'oiseaux, des notes de musique qu'il retranscrit sur son piano. Nourri de ses différents voyages, cet amoureux de la nature peut reconnaître à l'oreille une cinquantaine de chants d'oiseaux. Pédagogue hors pair ayant formé plusieurs générations de nouveaux talents (Pierre Boulez, Betsy Jolas, Kent Nagano...), il passe 37 ans au Conservatoire de Paris en tant que professeur d'harmonie, d'analyse et de composition.
Mais c'est à Petichet qu'il écrit l'essentiel de son œuvre, inspiré par cet environnement riche et paisible, il y trouve un cadre unique pour étudier les oiseaux. Un milieu toutefois fragile qu'il a cherché à protéger pour « sauver de la civilisation moderne un paysage extraordinaire », souhait que la création d'un espace naturel sensible rend désormais possible.

Quelques oeuvres de Messiaen

Regard du père, Vingt regards sur l'Enfant-Jésus (1944)

Interprété par Paul S. Kim

Composition pour piano seul, dédiée à Yvonne Loriod, qui trouve sa source dans la foi du compositeur. Il s'agit de l'une des pièces pour piano les plus célèbres du répertoire contemporain.

L'Alouette des champs, Petite esquisses d'oiseaux (1985)

Interprété par Paul S. Kim

Œuvre pour piano dédiée à sa femme. Cette pièce musicale se construit autour d'une dominante aiguë, ponctuée de notes lentes et fortes, correspondant aux phases du vol de l'oiseau.

 

La Grive musicienne, Petite esquisses d'oiseaux (1985)

Interprété par Paul S. Kim

Dans cette œuvre, chaque oiseau a son esthétique propre ; les mouvements mélodiques et rythmiques diffèrent d'un oiseau à l'autre. Ici, la Grive musicienne se fait remarquer par ses chants répétitifs au caractère incantatoire.

 

Amour oiseau d'étoile, Harawi (1945)

Interprété par Marcelle Bunlet, soprano et Olivier Messiaen au piano. Enregistrement d'un concert à Vichy en 1954.

Cette œuvre évoque un chant d'amour qui s'achève par la mort des deux amants, explorant ainsi le mythe de Tristan et Iseult.

Le Merle noir, Petite esquisses d'oiseaux (1985)

Interprété par Paul S. Kim

Composition où évoluent des complexes de sons aux couleurs changeantes. Ce sont les bleus, les rouges, les orangés, les violets, des accords qui dominent les accords. Le Merle noir, chante des strophes ensoleillées et victorieuses.

Chants d'oiseaux, Livre d'orgue (1951)

Interprété par Olivier Messiaen et enregistré en 1956 sur les orgues de l'église de la Sainte Trinité à Paris devant plus de 2000 personnes.

Œuvre musicale pour orgue d'inspiration religieuse. La pièce a été composée en plusieurs lieux qui en ont influencé la forme ; des montagnes des Alpes à la capitale parisienne.

© : Ces enregistrements ont été réalisés en 2008, dans le cadre des célébrations du centenaire de la naissance d'Olivier Messiaen par Bernard Fort (Groupe musiques vivantes de Lyon), sur une initiative de la Communauté de communes de la Matheysine et avec le concours du Musée matheysin.

Partager cette page  


« Je pense que les sons sont colorés. Chaque complexe de sons a sa couleur propre.
Quand j'écris de la musique, je vois de la couleur.
 »
Olivier Messiaen, 1988, entretien avec Arthur Kopel

 

Grive musicienne © J. Stevant

 

Merle noir © J. Carlin