Accueil du site
La géologie des lacs matheysins
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

La géologie des lacs matheysins

La géologie des lacs matheysins

Des glaciers… aux lacs

English version

Alors que le Dauphiné vient juste de se soulever, un refroidissement important il y a moins de 2 millions d'années affecte le nord de l'Europe et les Alpes entrainant l'apparition de plusieurs vagues glaciaires.

 

Un paysage glaciaire

 

Il y a 40 000 ans, durant la dernière grande glaciation, le glacier de la Romanche atteignait 1 400 mètres d'altitude. Culminant largement au-dessus du plateau Matheysin actuel, il s'étalait au-delà de Pierre-Châtel. Au même moment, le glacier de Valbonnais arrivait jusqu'à l'entrée sud de La Mure. L'espace entre ces deux glaciers était alors occupé par un immense lac glaciaire.

 

Retrait des glaciers

Vers - 30 000 ans, le glacier de la Romanche entame son recul par saccades. Entre deux saccades, le glacier a eu le temps d'édifier à son front une accumulation de blocs de pierre qu'il transportait sur son dos. Vous vous trouvez actuellement sur une de ces accumulations qu'on appelle « moraine frontale ». Les espaces ainsi dégagés au fur et à mesure vont être occupés par des lacs alimentés par le torrent émanant du glacier et les eaux de ruissellement des collines alentours.

 

Le plateau Matheysin aujourd'hui

Aujourd'hui, le glacier a disparu et les cuvettes entre les moraines sont occupées par 4 lacs. Ainsi, du plus vieux au plus jeune dans le sens du recul du glacier, on peut citer : le lac de Pierre-Châtel ou lac des Cordeliers ; le lac de Petichet ; le grand lac de Laffrey  et enfin le lac Mort !

Le lac le plus ancien, celui de La Mure, est aujourd'hui colmaté et correspond à une vaste zone marécageuse en partie protégée. Un grand nombre d'espèces animales et végétales sensibles y ont trouvé refuge !

Texte et schémas : Thierry Grand

Un paysage hérité d’une histoire de 350 millions d’années

 

La Matheysine a connu une variété de paysages en 350 millions d'années ; des montagnes et glaciers, au climat tropical et à la mer.

Il y a environ 350 millions d'années (milieu de l'ère primaire) une gigantesque montagne occupe la France et donc notre région : la chaine Hercynienne.

Pendant son érosion vers -300 millions d'années se forment à la faveur d'un climat tropical humide les fameuses couches de charbon qui ont longtemps fait la richesse du plateau matheysin.

La chaîne Hercynienne (-400 à -350Ma, milieu de l'ère primaire)

Erosion et couches de charbon (-300Ma, fin de l'ère primaire)

Les parties profondes, ainsi mises à nu, de cette montagne (roches métamorphiques et charbon) vont alors progressivement être recouvertes au début de l'ère secondaire (vers -230 millions d'années) par la mer Téthys qui y déposera des dépôts peu profonds comme les dolomies de la Pierre Percée.

Arrivée de la mer et premiers dépots (-230Ma, début de l'ère secondaire)

Au Jurassique (milieu du secondaire entre -190 et -170 millions d'années) une grande faille provoque l'effondrement du bloc Taillefer-Coiro par rapport au Dôme de la Mure, ici la colline des Crêts. La mer s'approfondit et voit le dépôt épais des marnes du Grand Serre ou du Conest et celui plus fin des calcaires de Laffrey.

Approfondissement de la mer en Jurassique (-190 à -170Ma)

Au cours de l'ère tertiaire vers -30 millions d'années, les plissements alpins provoqués par la fermeture de la mer vont déformer les roches. Puis vers -4 millions d'années, l'ensemble va se soulever avec les Alpes.

Plissements alpins, soulèvement et érosion par les glaciers (-30Ma à aujourd'hui)

Enfin, alors que nos montagnes se soulèvent encore, l'érosion entame son travail de sape, puis il y a moins d'un million d'années (ère quaternaire), les glaciers vont se succéder et ciseler le paysage actuel. Après leur départ, les lacs vont occuper les cuvettes entre les moraines qu'ils ont laissées sur place. Les lacs de Laffrey sont les témoins de ce dernier recul des glaciers !

Paysage géologique (depuis le belvédère)

Texte et schémas : Thierry Grand

Partager cette page  

 

Vue aérienne © B. BodinVue aérienne © B. Bodin

 

Vue aérienne du lac de Laffrey © B. BodinVue aérienne du lac de Laffrey © B. Bodin

 

Vue aérienne © B. BodinVue aérienne © B. Bodin